Mamadou Sené soutiendra sa thèse "La juridictionnalisation des élections nationales en Afrique noire francophone: les exemples du Bénin, de la Côte d'Ivoire et du Sénégal. Analyse politico-juridique" dirigée par Pierre Esplugas-Labatut (IMH)
20 mars 2017
à 14h00
Arsenal
Salle des Thèses

Intitulé de la thèse : La juridictionnalisation des élections nationales en Afrique noire francophone: les exemples du Bénin, de la Côte d'Ivoire et du Sénégal. Analyse politico-juridique - Co-tutelle avec l'université "Université Cheikh Anta DIOP de Dakar" (SENEGAL)
Mamadou Sené soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulé "La juridictionnalisation des élections nationales en Afrique noire francophone: les exemples du Bénin, de la Côte d'Ivoire et du Sénégal. Analyse politico-juridique - Co-tutelle avec l'université "Université Cheikh Anta DIOP de Dakar" (SENEGAL)".

En Afrique noire francophone, les élections nationales constituent le premier facteur conflictogène. Ainsi, la juridictionnalisation des élections présidentielles et législatives s’est inscrit dans une dynamique de pacification du processus de dévolution des pouvoirs politiques suprêmes. Les règles d’organisation et de fonctionnement de cette juridictionnalisation incarnée par les Cours et Conseils constitutionnels, variant d’un pays à un autre, visent à garantir la régularité et la sincérité des scrutins présidentiels et législatifs gages de toute légitimité du pouvoir politique. Ainsi, au Bénin et au Sénégal, le juge constitutionnel a joué un rôle variable à la pacification et à la stabilisation du processus de dévolution du pouvoir. La tendance des alternances démocratiques y devient ainsi une normalité. En revanche, cette juridictionnalisation est hypothéquée par sa politisation qui résulte du caractère présidentialiste de la nomination du juge constitutionnel. Ainsi, en Côte d’Ivoire, la politisation flagrante du juge constitutionnel provoquera une alternance armée au lieu d’entériner l’alternance démocratique propulsée par les électeurs. D’où la nécessité de procéder à des réformes à la fois matérielle et organique de la juridictionnalisation afin de garantir au juge l’indépendance et la place qui répondent aux enjeux de la consolidation de la démocratie électorale en Afrique subsaharienne francophone.
 
Composition du jury :

Partager cette actualité
Twitter Facebook Google + Pinterest