Thèse soutenue par Madame LUCAS Mathilde : "Propriété intellectuelle : vers un nouveau droit du créateur", dirigée par Madame Alexandra MENDOZA-CAMINADE
le 11 décembre 2020
à 09h00
Manufacture des Tabacs
Visioconférence intégrale

L’École Doctorale a le plaisir de vous informer que Mme LUCAS Mathilde a soutenu publiquement ses travaux de thèse intitulés "Propriété intellectuelle : vers un nouveau droit du créateur", dirigés par Madame Alexandra MENDOZA-CAMINADE de l'IDP.

Résumé : 

La propriété intellectuelle subit une crise de légitimité jusqu’alors inégalée. Celle-ci s’inscrit dans un contexte de révolution technologique qui offre des moyens exponentiels de contrefaçon. Elle se justifie par la distorsion des critères de protection conduisant à une prise en charge quasi-systématique des travaux produits et s’explique par l’évolution des mentalités et des usages du public qui revendique le libre accès aux œuvres, leur libre utilisation ainsi qu’une liberté totale de les transformer. Enfin, elle s’accroit face à la montée du sentiment de paupérisation des créateurs. La confrontation entre les intérêts du public, des créateurs et des exploitants est au cœur de débats sociétaux houleux. Les régimes relevant du droit de la propriété intellectuelle intègrent des fonctions sociales communes et prennent en charge des objectifs identiques : la divulgation des enseignements, la mise à disposition des créations et l’incitation à la création. Mais une scission très nette peut être observée entre l’approche extrêmement personnaliste du droit d’auteur et l’approche de la propriété industrielle fortement axée sur l’intérêt de la collectivité. Les justifications de ces divergences peuvent être remises en cause, tout particulièrement au vu de l’extrême porosité des deux domaines de la propriété intellectuelle. En outre, le législateur a tendance à insérer au sein de la matière des droits voisins, détachés de toute idée de création, et risquant à terme d’en bouleverser les fondements. Ainsi, la propriété intellectuelle accuse une perte de sens. Le droit de la propriété intellectuelle doit donc retrouver un équilibre. Il doit également retrouver une cohérence pour asseoir son autorité. Le présent travail se propose modestement d’en dresser un état des lieux de manière à envisager les perspectives de rationalisation qui s’offrent à lui.

Mots-clés : Propriété intellectuelle, Fonctions sociales, Equilibre, Création, Créateur, Environnement numérique


Composition du jury proposé 

Mme Alexandra MENDOZA-CAMINADE

 

Université Toulouse 1 - Capitole

 

Directrice de thèse

M. Fabrice SIIRIAINEN

 

Université de Nice-Sophia Antipolis

 

Rapporteur

Mme Agnès MAFFRE-BAUGÉ

 

Université d'Avignon

 

Rapporteur

M. Jacques LARRIEU

 

Université Toulouse 1-Capitole

 

Examinateur

Mme Bérengère GLEIZE

 

Université d'Avignon

 

Examinateur

 



Partager cette page
Twitter Facebook Google + Pinterest

En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies